Les formes, les matières et les couleurs se confondent pour retranscrire mon interprétation du monde.

 

Les volumes sont construits intuitivement grâce à la technique primitive du colombin, ils évoquent des formes naissantes, élancées et en équilibre.

Il y a les tableaux, la liberté des gestes contraste avec la rigidité des cadres qui sont employés comme surface à peindre. Ils apparaissent comme des fenêtres ouvertes sur un autre espace.

Les couleurs sont saisies dans les paysages mouvants à travers le temps et les textures inspirées par l’usure des éléments. Les émaux sont appliqués avec spontanéité au pinceau à la manière d’un peintre à la gestuelle libre.

 

J’aime jouer avec ce contraste entre les formes douces et des matières brutes et minérales. Les paysages abstraits ainsi composés sur ces volumes en grès deviennent circulaires et se renouvellent toujours.